Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Vendredi 29 octobre 2010

Bellini - Tiger

101028_Bellini_Tiger.jpg

Yes !

Encore un concert excellent de Bellini. C'est loin d'être la première fois, mais ça je vous l'avais déjà dit aussi ici.

Les années passent, Agostino, Giovanna, Alexis et Matthew sont toujours aussi excellents sur scène. Giovanna a la voix explosée, mais quelle énergie. On se prend même à échanger des blagues en italien, en français et anglais (Surtout sur le rappel "More ? C'est la mort !").

Ce soir, aux Instants Chavirés moins de monde qu'attendu. Faut sir qu'il y a 5 concerts intéressants le même soir, ça divise l'audience. Pourtant, prudent, je me pointais à 20h pile, ouverture des portes... Mais en fait non, pas encore. Et puis le premier groupe de 20h30 commence à 21h, Au bout de 3 chansons, je me range dans le camp des fumeurs et vais prendre l'air. Ça tombe bien, y'a tous les copains sauf ceux qui pouponnent. Du coup on peut tranquillement refaire le monde, parler emploi, écologie, retraites (oh comme le mot fait mouche), avant de rentrer écouter l'avant dernier mais très bon concert d'Aghostino.

Re-pause pour se retrouver pas si nombreux que ça devant Bellini, qui cartonne(nt?) et démarrent(nt?) sur une musique ravageuse, pour être rejoints par Giovanna dont la voix me rappelle par moment les bons vieux Heliogabale.

Le concert est bien trop court, mais se termine déjà trop tard, il fait nuit, froid sur Montreuil, et on se dit qu'on les reverrait bien encore un peu.

Jeudi 19 août 2010

The National

100819_TheNational.jpg

Cette Route du Rock 2010 aura été pleine de bonnes surprises, mais aussi pleine de retrouvailles : à priori, j'y avais déjà vu Foals, mais un jour où j'étais de mauvaise humeur, j'y retrouvais Black Angels, découverts chez Dead Bees, Yann Tiersen, Flaming Lips, Liars...

Mais ceux qui me tentaient le plus, c'est The National. Y'a pas à dire, ce rythme, cette voix, ces airs qui restent, ces sons qui tournent, c'est pile ce qu'il me fallait. Depuis 2005, quand ils tournaient pour la sortie d'Alligator, je me disais que j'y retournerais, et c'est chose faite. Le chanteur crie un peu plus, l'ensemble reste très très cohérent, très profond.

The National, c'est Tindersticks qu'arriverait à pas nous endormir :)

Mercredi 18 août 2010

Liars

100818_Liars.jpg

Chose promise, chose due. De retour de la Route du Rock pour une édition 2010 assez excellente, j'amène donc le lots de tee-shirts du jour, avec les chroniques du moment, souvenirs live, et tout le toutim.

Je commence par une semi déception : Liars. Découverts sur la pelouse du feu festival Feedback à la Villette (remplacé par Villette Sonique) en 2005, j'en avais pris pour mon grade, pour mes oreilles, et envie d'en découdre à nouveau si l'occasion se présentait. Parait qu'ils étaient déjà à la Route du Rock en 2006, que c'était tard, que Mogwai avait bercé tout le monde, j'étais sûrement couché (ceci dit, vu l'affiche cette année là, si j'y suis pas allé, je suis bien couillon.

Bref, Liars, pour changer, officie en fin de soirée, enfin, presque, juste avant Caribou, entendu sur Myspace avant, et qui me donnait pas envie de tenir jusque 4h du mat (c'est quoi ce estival qui démarre plus avant 19h, d'ailleurs, ils se croient en espagne ou quoi ?). Sauf que cette fois-ci, ce n'est pas après une sieste de Mogwai, mais après la grosse grosse claque de Black Angels. Et là, c'est le drame. Il est 1h30 du matin, je suis extatique, j'ai sauté sur place dans la boue et sous la pluie pendant 1h, je me suis levé à l'aube, et je n'arrive pas à rentrer dedans.

Punaise, 2, 3, 4 morceaux, et rien, punaise, alors que j'y croyais trop et que je n'attendais que ceux là pour une première journée prometteuse (Owen Pallett, Yann Tiersen moins chiant que d'habitude)... Mais bon, dans un élan de joie, j'avais pris mon tee-shirt avant le concert. Ça m'a maintenu au chaud, paré pour le stop du retour :)

Vendredi 21 mai 2010

Adobe CS5

100520_AdobeCS5.jpg
Ok, maintenant, je peux faire le fier. Hier avait lieu la journée des 20 ans de photoshop où j'ai pu arborer fièrement ce tee-shirt et essayer de présenter un peu les nouveautés aux gens qui tournaient autour des stands "questions-réponses" (bon, j'ai découvert le matin que je pourrais passer ma journée assis devant l'ordi, et qu'avec quelques images perso en plus et quelques brosses qui claquent, les démos auraient été plus pertinentes, mais bon, on apprend).
J'y ai fait quelques très bonnes rencontres et j'espère bien renouveler l'expérience. Peut être pour les 40 ans de photoshop ?

Mardi 6 avril 2010

Papier Tigre

100405_PapierTigre.jpg

Alors ça, c'est la bonne nouvelle du jour, enfin, d'hier : la Flèche d'Or est redevenue une belle salle de concert. J'y allais à reculons, déjà c'est dans les hauts, donc en vélo, c'est crevant, et puis forcément, comme j'arrive à 20h20 pour un début des hostilités annoncé à 20h, je me farcis au moins 15 minutes dans la file d'attente qui démarre au coin de la rue, jusqu'aux videurs qui te fouillent le sac au cas où. En plus c'est 8 euros avec une conso offerte. Soit. Mais là, miracle, le vestiaire (2€) n'est plus obligatoire ! Je peux donc me balader avec mon sac à dos toute la soirée (ce qui tombe bien, vu qu'hier, c'était shopping.

Revenons donc à nos moutons. Enfin, des moutons, non, pas vraiment, Papier Tigre, c'est plein de trucs dischordants comme j'aime

Y'a du Q and not U, du Medications (tiens, un nouvel album est sorti hier), et ça secoue bien, bien tendu, tout ce qu'il faut, bref, moi, ça me plaît.

Et c'est pas juste parce que BenLx m'en avait longuement parlé, hein :)

Dimanche 4 avril 2010

Marvin

100404_Marvin.jpg

Incroyable. Ça fait des années que je les écoute, ça fait des années que je les vois en concert, et jusqu'à présent, le drame : pas de tee-shirt.

Alors évidemment, j'ai pu afficher avec fierté le split avec doppler et ses magnifiques portraits de Jean Michel Jarre et l'Abbé Pierre, j'ai pu gaiement me gausser sur les titres des morceaux des démos (Jardiland, Lafayette, Castorama) et sautiller sur tous les morceaux de l'album.

Parce que Marvin, c'est ça aussi : du hardcore dancefloor. Ce truc qui te fait te secouer dans tous les sens parce que c'est blindé d'énergie, et qu'en live ils ont bien la classe, avec Fred Hamster qui déchire tout à la guitare, même ses cordes (rien qu'hier, on aurait presque cru à un concert de Shub)