Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 9 septembre 2009

Nashville Pussy

090909_NashvillePussy.jpg

Celui-là, il a la classe. D'abord y'a Jésus dessus, et sa croix. De loin, on croirait presque un tee-shirt de christian rock :) Et puis on s'approche, et là, ouais, une moto. Plus le nom du groupe, Nashville Pussy. Et là, ça roxxxe. Parce que c'est du gros rock'n roll américain, gras sur les bords, avec des moustachus aux cheveux longs et des nénettes qu'hésitent pas à se déssaper histoire de montrer que voilà quoi. Bon, c'est vrai que le jour où je les ai vu à Dour, ils étaient tombés sur la scène pourrie qu'avait été branchée sur un disjoncteur de 12 ampères, alors forcément... Mais bon, ils n'ont pas abandonné comme ces râleurs de The Faint :) Et c'est sans regret que je suis resté à headbanger tout le concert :)

Dimanche 6 septembre 2009

Deckard

090906_Deckard.jpg

C'est une histoire qui remonte loin. Novembre 1995, Arras, le Pharos, Baby Chaos en concert, des écossais tous remontés derrière ce chanteur rouquin, qui nous secouent dans tous les sens sur l'air de Safe Sex, Designer Drugs and the Death of Rock'n Roll. Les années passent, les albums aussi, on les voit sur Nulle Part Ailleurs à Cannes, puis moins, puis plus, d'autres groupes, d'autres concerts. Et un jour, par hasard, en lisant la programmation du Batofar, surprise, joie, Baby Chaos revient, nouveau batteur, nouveau nom, c'est désormais Deckard qu'il faudra suivre... Toujours ce gros son rock gras sur des petites mélodies mignonnes avec la voix du chanteur gentil :)

Dimanche 30 août 2009

Bishop Invaders

090830_BishopInvaders.jpg

Quand feu Gülcher exerçait encore, le Blues Café, une péniche des quais de Seine (côté BNF) avait accueilli un fort sympathique petit concert. Ce soir là officiaient aussi les Bishop Invaders. J'ai pu en entendre parler à nouveau au détour des rayonnages de Ground Zero, mais pas au point de les revoir en concert. Et pourtant, quelle patate sur scène, quelle rythmique, je ne sais pas si c'est le temps qui fait ça, mais j'en ai encore une très bonne première (et unique) impression...

Mardi 25 août 2009

Rogue Wave

090825_RogueWave.jpg

Pour les amateurs de pop sucrée, je vous renvoie au site de Rogue Wave qui permet d'écouter tout un tas de morceaux, sauf l'imbattable 10:1 (qui est sorti en ep). Bien heureux de les avoir vu en live, et quel live, vu que nous jouions en première partie avec Klovis, sur la péniche Alternat.

Vendredi 21 août 2009

Sebastien Schuller

090821_SebastienSchuller.jpg

Certains tee-shirts sont adaptés complètement à l'ambiance du jour, mais on ne le découvre que bien après. Ce soir, j'ai reçu un coup de téléphone. J'ai raté plusieurs fois le début des concerts de Sebastien Schuller, notamment à la Villette lors de FeedBack, devenu plus tard Villette Sonique. 4 ans plus tard, l'émotion est encore là, les nœuds dans la gorge bien en place, rien ne se dénoue. Il faut que j'écoute le nouvel album.

Mercredi 19 août 2009

Fantômas

090819_Fantomas.jpg

Porter un tee-shirt Fantômas le lendemain de la diffusion télé du film de De Funès n'est pas le meilleur choix stratégique, on me l'a fait remarquer sur le marché (c'est le hasard de la penderie). Mais ça me redonne une bonne occasion de parler de Mike Patton, que j'ai d'abord découvert dans Faith No More (qui reviennent cette année !), qui a collaboré à énormément de projets, monté un label le tout autour d'une voix sans frontières, du lyrique au métal en passant par le crooner. Fantômas, c'est un mélange de Patton/Melvins/Slayer extatique sur la scène de Dour, des morceaux entre 8 minutes et 25 secondes, un batteur enfermé dans une cage de percussions monstrueuse, un pur régal :)

090819_FantomasBack.jpg

Samedi 8 août 2009

Kinski

090808_Kinski.jpg

C'est Joachim qui m'a emmené un soir voir Kinski, alors que je ne connaissais même pas le nom. Du coup on s'est retrouvé à Mains d'oeuvres (Saint-Ouen), vu Türzi en première partie, sympathique. Et puis, ensuite, la claque. Alpine Static venait de sortir et "wow". Nappes, progression, riffs, le tout entrelacé, mélangé, tissé. Grosse découverte, bonne bonne découverte. Renouvelée 3 ans plus tard à la Flèche d'Or avec Rien pour une grosse soirée de guitares et d'ambiances.