Cela faisait un certain temps que je ne m'étais pas penché sur la question du poids des folios, or une question sur le forum m'a poussé à prendre le temps de faire quelques tests :

Je travaille actuellement sur un projet de folio comportant plusieurs sections. Après quelques tests je parviens à quelque chose qui me plait mais le folio d'UNE section pèse 14 Mo ! Le folio d'UNE section compte 8 planches. Il y a quelques images mais toutes ont été optimisées le plus possible (les sources pèsent 2,5 Mo) et il y a 2 diapos.

J'avais initialement en tête de constituer un folio comprenant une dizaine de ces sections, mais quand je vois le poids d'une section je suis refroidi. Y a-til des astuces pour optimiser le poids de ce folio (autre que d'agir sur les images, ou de jouer sur les paramètres d'exportation à la création du folio) ? Une fois déployé (avec DPS) le folio pèsera-t-il le même poids qu'aujourd'hui dans le viewer Adobe ou y a-t-il des traitements permettant de compresser dans el processus de déploiement ?

8 planches avec quelques images = 14 Mo : pour un outils permettant de déployer sur terminaux mobiles, je me dis que j'ai raté quelques chose...

Pour les importations de folio quel est votre format de prédilection ? jpg ? png ? ou pdf ?

Depuis la version v26, les Viewer Android et bureau (pour l'aperçu depuis inDesign) sont capables d'afficher les folios pdf. Si vous cherchez le meilleur compromis poids/qualité, c'est par là que vous pouvez vous diriger.

Quelques chiffres (et des images)

J'ai créé un fichier de test avec 1 image jpg de 815ko sur la moitié de la surface.

DPS-TestPoids.jpg

J'ai importé ce fichier 4 fois dans un seul folio via le folio builder, mais avec des qualités différentes (importer un seul article à la fois, régler les options).

  • Folio PDF : 147 ko
  • Folio PNG : 638 ko
  • Folio JPG minimum : 45 ko (avec une qualité atroce sur les textes)
  • Folio JPG maximum : 289 ko (compression invisible à l'œil nu)

Puis, par acquis de conscience, j'ai testé avec 2 autres fichiers :

DPS-TestPoidsFull.jpg

Même type d'image, jpg ±800ko

  • Folio PDF : 246 ko
  • Folio PNG : 2,2 Mo
  • Folio JPG minimum : 84 ko (avec une qualité atroce sur les textes)
  • Folio JPG maximum : 735 ko (compression invisible à l'œil nu)

et enfin avec les 2 images :

DPS-TestPoidsFull2Images.jpg

  • Folio PDF : 362 ko
  • Folio PNG : 2,1 Mo
  • Folio JPG minimum : 91 ko (avec une qualité atroce sur les textes)
  • Folio JPG maximum : 751 ko (compression invisible à l'œil nu)

Sans surprise, le format PDF est le plus efficace : bonne compression des images, texte vectoriel. Le format PNG, dit "sans perte" est le plus lourd dans tous les cas. Et pour la qualité jpg, on monte très vite au delà du poids du pdf pour obtenir une qualité visuelle acceptable.

Évidemment, plus vous mettez d'éléments sur la page pdf, plus elle va prendre en poids. Du coup, j'ai fait un dernier test pour la route :

DPS-TestPoidsFull2ImagesTexte.jpg

  • Folio PDF : 377 ko
  • Folio PNG : 2,2 Mo
  • Folio JPG minimum : 147 ko (avec une qualité atroce sur les textes)
  • Folio JPG maximum : 999 ko (compression invisible à l'œil nu)

Et le tout sans une seule interactivité.

Grand vainqueur : le PDF, mais…

Du coup, on se dit que le pdf est le plus qualifié, mais il reste quand même un point "contre" : les tablettes affichent "en natif" les formats d'image aplatis (jpg, png) et donc de manière très rapide. Le format pdf, lui, doit être recalculé, et donc va prendre quelques millisecondes de plus à s'afficher, ce qui pourrait diminuer un peu le confort de lecture.

Et pour arbitrer ce choix, pas d'autre solution que tester soi-même sur les périphériques, voir ce que vous considérez comme acceptable ralentissement par rapport au gain de poids et à la capacité à zoomer (±350ko vs ±2000ko par page).

Un petit dernier pour la route…

Si vous êtes plus versés dans les pages web html que la mise en forme papier, n'oubliez pas que la Digital Publishing Suite est une plateforme qui s'appuie sur inDesign, mais pas seulement.

Vous pouvez tout aussi bien composer vos pages en html, optimiser vos images aux petits oignons dans Photoshop (vous avez vu Generator ?) et importer dans votre Folio Builder (ou directement dans le Folio Producer en ligne).

Et là, vous maîtrisez intégralement le poids de vos contenus.

Mais on quitte le domaine d'inDesign, où je ne m'aventurerai pas sans être solidement préparé.

Et vous, quels sont vos conclusions sur les poids de fichier ?