fr32c blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Estomac

Assemblage de plusieurs types de notes, depuis les notes générales, les me-myself and I et les illustrations, je me suis dit que je pouvais vous parler cuisine :)

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 5 mai 2013

Natto du dimanche

Natto_350.jpgPetit rituel du dimanche, le petit déjeuner (ou déjeuner, selon l'heure du réveil) au nattō. Ces germes de soja fermentés sont un pur bonheur qu'on arrive à trouver en épicerie japonaise sous leur forme surgelée. Et pourquoi le dimanche ? Tout simplement parce que le reste de la semaine, on prend moins le temps de profiter d'un bon petit déjeuner, toujours avec des tas de choses à faire.

Le rituel commence le samedi soir, on déplace du congélateur au freezer deux petites barquettes qu'on retrouvera le lendemain. Laver le riz, le placer dans le rice-cooker, préparer la soupe miso (cette pâte de soja épaisse), ou parfois dashi, katsuobushi, kombu, niboshi. On accompagne ça d'un petit légume, type navet, ou une tomate parfois. Si j'ai le temps, je prépare une omelette roulée.

À table, je mélange la moutarde et la sauce soja aux haricots (décongelés). Et chacun y va de sa méthode. K. déposera l'ensemble sur son bol de riz et mangera avec les baguettes, de mon côté, je mélange encore avec un œuf cru que je fais mousser un peu. Et pour bien faire, je coupe en petites bandelettes des feuilles de nori dans lesquelles j'emballe le mélange riz-œuf-nattō, façon temaki.

Vivement dimanche prochain :)

samedi 4 mai 2013

Aubenas, nouvel'R

Je rentre d'Ardèche où je suis allé roder le programme de formation sur Adobe Muse avec l'équipe de nouvel'R, une petite agence pleine de gens sympathiques, qui en connaissent un rayon sur la partie print, édition, identité, packaging et web.

Panorama-Aubenas-700.jpg

Tout cela a eu lieu dans une ambiance fort détendue. Stéphane, Jérôme, Bruno et Thierry connaissent bien leur métier, mais aussi leur région, fort belle comme en témoigne la vue de la fenêtre de l'agence.

On a donc parlé rivière, montagne, châtaignes, Clinton (le vin, pas le président ni celui du p-funk), cinéma à Aubenas, et on y a très bien mangé, notamment un dernier repas au Salon d'Ann-Sophie.

Brioude-Aubenas-IMAG4087.jpg

vendredi 4 janvier 2013

Recrudescence

En ce moment, je suis en mode sushi. Genre comme ça :

Otoro-IMAG3697.jpg

Mais suite à la recrudescence des spams ces derniers temps, les commentaires seront modérés et ne resteront ouverts que durant 60 jours. Mais sinon, je vous aime tous quand même, hein.

mardi 26 juin 2012

Nanashi

Nanashi700L.jpg Cela faisait un bout de temps qu'on me parlait de Nanashi, petite cantine nippo-fusion entre Bonne Nouvelle, Poissonnière et la Gare de l'Est. L'occasion faisant le lardon, nous avons pu tester un lieu sympathique, beaucoup plus grand que je ne l'avais imaginé (sans doute une centaine de couverts), et vente à emporter. Pour le déjeuner, petits onigiris sympathiques, bentos variés, à base de riz complet, de quinoa rouge, de roquette, chou, betterave, et d'un côté mijoté de veau, de l'autre croquette de poisson. La pana cotta au sésame noir et "kuromitsu" (miel noir) et le cheese cake au thé vert nous ont fait bien sourire. Rien d'exceptionnel, c'est une cuisine très "maison", sans doute un chouya trop cher (21€/chacun), mais le lieu un peu bruyant à l'heure du déjeuner est accueillant.

Nanashi — 31 rue de Paradis — Paris 10e ou 57 rue Charlot — Paris 3e

mercredi 6 juin 2012

Ratatouille

On dit qu'il n'existe pas "une" recette de ratatouille. Que chacun y met ce qui lui plaît. Moi ça dépend des saisons, ça dépend du jour du marché, ça dépend du contenu du frigo.

Ratatouille.jpg

L'idée principale c'est surtout de faire tout cuire dans une grande cocotte, de laisser le temps de mijoter.

Dans l'ordre (à ne pas respecter scrupuleusement) :

  • huile d'olive,
  • oignon(s),
  • aubergine(s), mais surtout pas en trop petits morceaux,
  • courgette(s),
  • poivron(s), sisi, c'est possible,
  • tomates.

Ne pas oublier de saler, poivrer, herbes-de-provencer.

mardi 17 avril 2012

Les rougets du Bateau du Ch'ti

En ce moment, je me donne l'occasion d'essayer les tables arrageoises, parfois par hasard, souvent sur les bons conseils des copains.

L'autre soir, c'est le Bateau du Ch'ti qui nous a accueilli en soirée. Je n'en gardais pas un souvenir marqué, juste une bonne cocotte de moules, quelques années auparavant.

Mais ce soir là, j'avais décidé de me faire plaisir et de me laisser guider par la carte, et je crois que j'ai bien fait.

Après les petites rillettes de la mer maison, je suis parti sur les rougets, simples, joliment présentés avec leur accompagnement, savoureux et pourtant pas bien compliqué : quelques pommes de terres, des carottes, poivronade, courgettes, et la petite sauce pour relever le tout.

Passés au gros sel, c'est efficace, copieux sans être étouffant, et l'idée des petites verrines permet de mieux profiter des saveur et de composer ses bouchées.

L'ambiance y est conviviale, le service impeccable et les tarifs décents. Je recommande chaudement, sur la petite place, face au beffroi, tout est là.

Prochaine étape, qu'ils aient leur propre site internet, avec des photos des plats plutôt que de la salle vide, mais bon, en attendant, tant qu'on y mange bien…

Le Bateau du Ch'ti, 17 Place des Héros à Arras (62)

vendredi 9 mars 2012

Soba à la truite

Ça fait un petit bout de temps que je pratique cette recette, et un peu moins que j'ai réalisé cette illustration. Y'avait toute une série d'explications pas à pas que finalement je n'ai jamais finalisées, donc on se contentera de la vue d'ensemble des ingrédients.

Donc, il vous faut : de la truite fumée (sur ce plat, bien meilleure que le saumon), du gingembre (l'équivalent d'une noix), un demi citron vert, une ou deux gousses d'ail, 4 cuillères à soupe d'huile d'olive, 2 cuillères à soupe de sauce soja, un peu de ciboulette, et évidemment des soba (nouilles de blé noir, japonaises, servies par portion liées).

Pendant que l'eau bout, vous pouvez commencer à hacher/presser/réduire dans un bol l'ail, le gingembre. Y ajouter l'huile, la sauce soja, la ciboulette. Dépecer le citron vert pour ne mettre que la pulpe dans le bol.

Plonger vos sobas dans l'eau bouillante. Pendant ce temps, découper la truite en petits carrés.

Égoutter et refroidir les sobas sous l'eau froide (ré-égoutter ensuite), les placer dans les bols/assiettes creuses pour le service, répartir les morceaux de truite, disposer un peu de la sauce par dessus, proposer le reste dans un joli bol.

C'est froid, c'est fort, c'est bon, et ça prend à peu près 10 minutes à faire.

mercredi 7 mars 2012

Aubergine farcie

Ce soir, c'était expérimentation, avec :

  • une aubergine, plongée dans l'eau bouillante un certain temps, puis vidée;
  • une demi échalote, finement hachée;
  • quatre tranchettes de viande des grisons, recoupées en petits carrés de 5mm;
  • 1/4 d'emmental, pareil, carrés, 5mm;
  • quelques cuillères d'huile de truffe (pour le parfum);
  • quelques cuillères d'huile de pépin de courge (pour adoucir ça et pour la couleur);
  • un peu de cumin moulu pour parfumer;
  • une endive en accompagnement;
  • une petite soupe miso pour faire passer le tout.

Voilà, bon, facile, léger. Contents.

samedi 25 février 2012

Mum's pudding (english version)

So i have this really nice note which is my most successful page ever (i mean, a couple of weeks ago, i started google analytics to realize i have a thousand views of that single page). So since i'm both nice and procrastinating, i decided to translate for my english readers).

For years, I didn't cook. No good reason for that : mum did that very well, and dad too, on week-ends (during the week, since it was his job, and he didn't really get back on time for that, he spared himself for Sundays)

House's rhythm was based on buying fresh cut bread, 500g, nice big slices, we used for everything, to dip in the sauce, to push stuff in the plate, for breakfast, and of course, cheese.

Except that, well, there was only three of us home (until i turned 7), and sometimes the bread was dry before we could eat it. So mum stores. And once in a while, it's pudding time. It means two things : we've got enough dry bread for it, and we're gonna have for breakfast and tea during at least 5 days.

Below is the recipe.

Lire la suite...

dimanche 4 septembre 2011

ポテト サラダ : Salade de pommes de terre (Potato Salada)

Dans la catégorie péchés mignons, j'ai en gros tout ce qui concerne la nourriture. Si vous voulez voir à quoi ça ressemble chez les autres, Maëva a un tout nouveau blog qui exprime bien le problème.

Et le fait que je bouge de temps en temps au Japon n'arrange pas les choses. Parce que c'est un peu l'autre pays de la nourriture. Y'a de tout, dans plein de petits restaurants qui vivent juste autour de la cuisine avec 10 couverts, et qui font des plats incroyables, préparés à une vitesse impressionnante, et savourés en encore moins de temps. Mais c'est comme ça là bas, on mange dehors, beaucoup, parce qu'au final, ça reste à un tarif décent (compter 5 à 7€ pour un repas consistant, pas luxe, hein, juste des bases de riz, plus soupe, plus bon accompagnement, thé chaud ou froid à volonté).

Et puis il y a la cuisine familiale. Un jour je ferai un grand sujet là dessus, pourquoi prendre de l'instantané, quand le juste-un-peu-moins-pressé est aussi bon. La salade de pommes de terre (potato salada comme on l'appelle là-bas) fait partie de ces classiques, simples et efficaces (on n'en mange pas 300g pour le repas, ou alors on saute le dessert).

Niveau ingrédients, c'est : pommes de terre, écrasées, avec mayo, œuf dur émietté, oignon émincé, fines tranches de concombre (vu la taille des concombres français par rapport aux japonais, n'hésitez pas à les couper en 4), petits bâtonnets de carotte, un filet de vinaigre, du sel et du poivre. Bon appétit.

dimanche 29 novembre 2009

Daube d'espadon, combava et patates douces

Puisque j'ai détaillé la recette pour mon cher petit frère, autant noter ça ici aussi.

Alors, d'abord, et le plus dur dans la recette :

Tu trouves des tranches d'espadon (1 par personne), 200g de patate douce par tête et un petit combava (ça ressemble à un citron vert moche et fripé et ça sent super fort et super bon. Tu peux en acheter un et le congeler, ça vit très longtemps et on ne garde que le zest.

Le reste, c'est tomate, oignon, ail, jus de citron (jaune, classique, facile, et s'il te plait pas de citron en plastique, c'est pas bon).

Dans l'ordre de cuisson :

- Peler et couper les patates douces en dés (1 à 2 cm). - Jeter dans l'eau bouillante salée (ou pas) - Laisser cuire tranquille

Pendant ce temps :

- Émincer les oignons, découper l'ail en petits cubes (2 mm) - Faire chauffer une poêle avec de l'huile (olive ?) - Quand la poêle est chaude, y jeter les oignons. faire dorer doucement, jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides. - Couper les tomates en dés (1 à 2 cm) - Les mettre dans la poêle quand les oignons sont blonds, ajouter l'ail. - Enlever la peau de l'espadon (au couteau) - Découper en gros cubes (2 à 4 cm) - Quand les tomates ont bien réduit, que les patates douces sont cuites, ajouter le jus du citron dans la poêle. - Y faire glisser tous les morceaux d'espadon. - Bien mélanger, mais délicatement, on ne fait pas de la purée. - Égoutter les patates. - Saler/poivrer dans la poêle. - Surveiller très consciencieusement : ça ne cuit vraiment pas longtemps, 5 minutes max, sinon après, ça ressemble à du thon en boîte.

Dresser les assiettes (ou pas) :

- Faire un petit monticule de patates douces - Disposer la daube sur le côté - Raper un peu du zest du combava

Déguster avec un bon verre d'eau, parce que tout autre truc tuerait les goûts qu'on a dans l'assiette.

Bon appétit.

dimanche 7 juin 2009

Manger

Ce midi, en prévision de cette merveilleuse météo parisienne, nous avons mangé les bento à l'intérieur.

Merci à Rie pour la photo et la salade palmiers / avocats / roquette. Pour ma part, j'avais apporté quelques pleurotes (revenues dans l'huile et l'ail) et une tranche de roti de porc avec sa poelée de haricots verts (+oignons tomates). Le tout suivi d'un beau plateau de fromage, de tarte poire chocolat et de clafoutis à la cerise.

Je crois que la sieste était indispensable après le retour en vélib sous la pluie. Et que je vais pas forcément dîner très très copieux ce soir.

Lire la suite...

mardi 29 juillet 2008

Réveillon copieux


Alors, ça... En janvier, après le réveillon, j'ai commencé ce billet, à base de dessins qui me faisaient plaisir. 8 mois plus tard, je n'ai toujours pas fini, et en plus, je ne suis pas très sûr d'être précis sur les dessins, bref, je le poste quand même...

Faut cliquer sur "lire la suite" en dessous pour voir tout le reste, hein, mais vous êtes grands maintenant.

Lire la suite...

mardi 20 novembre 2007

Le pudding de maman


Pendant des années, je ne faisais pas la cuisine. Pas de raison valable pour ça : maman faisait ça très bien, et papa aussi, le week-end (la semaine, comme c'était un peu son boulot, et qu'il rentrait pas forcément à l'heure pour ça, il se réservait pour le dimanche).
Le rythme de la maison était basé sur l'achat du pain coupé, de 500g, en belles grosses tartines, pour tout, saucer, pousser dans l'assiette, petit déjeuner, et évidemment pour le fromage.
Sauf que, bon, on était trois à la maison (jusque mes 7 ans), et parfois, le pain est sec avant l'heure. Du coup, maman stocke. Et puis une fois de temps en temps, c'est le moment du pudding. Ça siginifie deux choses : qu'il y a assez de pain sec pour, et qu'on va en prendre au petit déj et au goûter pendant au moins 5 jours :)

2012 note for my english readers : Dear all, you've come a long way to here, thank you, I eventually (4 years later) translated this in english. You can read that approximative translation.

Ci-dessous, la recette.

Lire la suite...

vendredi 17 février 2006

Overdose

J'ai passé ma semaine à terminer les makis qu'on a préparé mardi midi. En fait, les proportions qu'on avait pour 15, je pense qu'il y avait moyen de nourrir 40 personnes avec... Heureusement c'était fort bon, mais je n'en puis plus...